Myanmar (ancienne Birmanie / old Burma)

                             FOR ENGLISH VERSION SEE HALF WAY DOWN 


Le Myanmar

Bonjour = Ming-guh-la-ba (prononcé Mingalaba)
Merci = Jay-zu-ding-ba-de (prononcé Yésudimbalé)
Population = 53.26 millions
Argent = Kyat (1 Euro = 1350 K)
Religion = Bouddhistes majoritairement mais aussi des Musulmans, Hindous et quelques Crétins, heu non, Chrétiens
Durée de vie moyenne = 64 ans
Revenu moyen = 2 Euros par jour

Choses bizarres au Myanmar:

– Tous les hommes sont en jupe (habit traditionnel Birman appelé Longyi)
Burmese_SPDC_members_greet_Abhisit_Vejjajiva

– On enlève ses chaussures avant de rentrer dans les magasins, même les magasins de chaussures..

– Les femmes, enfants et des fois les hommes, ont de la crème jaunâtre sur leurs visage (Thanaka), à la base c’est pour se protéger du soleil, mais c’est devenue une mode
P1030050

– Pour avoir l’attention d’un serveur tu fais des bruits de bisous avec la bouche

– Les hommes et femmes aux dents rouge : ils mâchent de la résine d’arbre à bétel, ils crachent rouge par terre et on dirait du sang, c’est carrément dégueulasse, surtout qu’à force ça leur pourris les dents.

Betel

Avant d’arriver au Myanmar, j’avais en tête de trouver un endroit relax, tranquille, sans trop de touristes. Je voulais trouver un village typique et y rester une semaine pour voir la culture Birman, jouer avec les enfants, voir comment ils vivent etc…

Très vite j’ai compris que ce ne sera point possible. Déjà parce que on a pas le droit et deuso parce que si je m’aventure dans un village et qu’ils acceptent de me loger ne serais ce que une nuit, ils risquent d’y laisser des plumes.
Et oui, c’est carrément illégal pour un birman d’inviter un touriste chez lui.. Déjà ça te donne une idée du pays. Le niveau de contrôle est effrayant, chaque bus, chaque hôtel te demande ton passeport, combien de temps tu restes et ou tu vas après. Ils remplissent un formulaire bien détaillé qui est ensuite envoyé au gouvernement. Ils veulent savoir où on est à chaque instant. C’est très flippant.
La corruption aussi est monstre puisque le gouvernement prend 10 à 20% du revenu mensuel des hôtels et auberges de jeunesse. C’est pourquoi le prix des chambres est exorbitant comparé à d’autre pays en Asie: 15 à 40$ la nuit. Quand tu paye un repas 1$ dans le resto, ça fait pas de sens que les chambres soient aussi chers. Bref le Myanmar c’est pas comme je me l’imaginais.

Hpa-Han (voir plan)

La route dangereuse / Dangerous road

Á la frontière j’ai rencontré 2 américains qui allaient dans la même direction que moi. J’avais pour plan d’aller à Bago mais j’ai décider de déscendre à Hpa-Han à la dernière minute car les ricains m’en on parlé en bien, après tout le plan c’est pas de plan! Sauf que le bus a oublié de nous déposer. On l’a réalisé 30km après la ville. Du coup le chauffeur a fait signe à un tuctuc qui arrivait dans l’autre sens et on montés dedans. J’étais contente de ne pas être toute seule dans ce tuctuc d’hommes aux dents rouges et remplis de sacs de riz.

P1030004
Donc on débarque à Hpa-Han, petite ville sympa qui grouille de vendeurs de rues et de marchés. La seule auberge de jeunesse de la ville n’avait plus de chambres disponible du coup ils nous on mis sur le toit, avec des matelas de camping mais sans moustiquaires. Le proprio a dit qu’il n’y a pas de moustiques mais quand je me réveille en plein milieu de la nuit en me grattant partout, j’ai envie de le tuer.

P1030040
On est partis manger dans un super bon resto typique Birman avec 5 serveuses toujours à ta disposition. Pleins de condiments sont mis sur la table et tu commande ton plat. Chutney à la mangue, épinards frits, raisins et ail, pommes de terre et légumes a la sauce birmane etc.. Trop bon et pour 2$ tu peux pas faire mieux.

P1030010

Mylawmine, la ville imprononçable (voir plan)

Ville sur un fleuve, beau temple (pagoda) sur la colline, j’ai vu un chiot écrasé avec les boyaux à l’air.

P1030271

Fête de village pour la pleine lune. Des gens jouent des jeux d’argent à même le sol, des enfants aussi font des paris. Des Kalashnikov en plastique sont à gagner dans les stands de tirs pour enfants. Ils jouent de la musique pop américaine, à fond les ballons, avec des mots super vulgaires. C’est pas grave, personne comprend l’anglais.

P1030268
Je rencontre un allemand un peu fou, qui me parle de sa vie, de son voyage en Arabie saoudite, qu’il a fait seul, à pied, pendant 2 ans. Il me parle du centre de méditation où il est resté 1 semaine, le centre Pa-Auk proche de la ville ou l’on est. Il m’en a tellement parlé en bien que grâce à lui je suis devenue none pour une semaine, j’y pensais depuis quelques temps et donc j’y suis allée (voir Pa-Auk: Centre de Méditation).
Cette nuit la, devant l’hôtel, j’ai eu un massage par un gars qui traînait la. J’étais assise sur une chaise et il m’a massé le dos, les bras et les mollets pendant 30 minutes. Je sais pas si c’était un vrai masseur car il avait l’air d’apprécier plus que moi.. Bon, pour 1$ le massage, c’est pas bien grave.

Apres ma semaine de retrait du monde (voir Pa-Auk: Centre de Méditation), j’avais besoin d’un peu de luxe donc j’ai trouvé un resto chic avec 8 serveurs, 3 barmans et 10 cuistos. Il n’y avait qu’une 15aine de tables donc service impeccable. Sauf qu’ils parlaient très mal l’anglais et on a eu beaucoup de mal à se comprendre. La Birmanie demande beaucoup de patience. On a rarement ce qu’on a commandé et il faut faire avec. On ne peut jamais élevé la voix car ils détestent ça et se ferment complètement. Du coup je souris et ne dis rien. Même dans les hôtels, le staff a du mal. On ne peut compter que sur soi pour les directions, trouver quoi faire, quoi voir, s’organiser pour les bus et trains etc.. Même l’internet est inutile étant donné que le sud du Myanmar n’est ouvert aux touristes que depuis 1 an. Il n’y a que très peu d’info, même dans le Routard ou le Lonely Planet, il n’y a pas grand chose. De toute façon j’aime pas ces guides, je préfère le bouche à oreille, ça rend l’aventure plus intéressante.

Divers photos de la région:

P1030102 P1030110 P1030133 P1030164 P1030184 P1030242

Le train des rails de la mort

J’ai pris le train du ”death railway” (rails de la mort). Le nom vient du temps où les rails ont été construits, durant la 2éme guerre mondiale. Les japonais l’ont fait construire pour porter leurs armées et armements à travers l’Asie du sud Est. Ils utilisaient des prisonniers et esclaves pour construire ces rails donc les conditions étaient très dures. 90 000 esclaves sont morts en construisant ces rails. Certains prisonniers européens en faisaient partie. J’ai rencontré une filles de Wales, dont le grand père y était. Mon amie Beth est venue au Myanmar pour lui rendre hommage. Sa mère a écrit une belle lettre en souvenir de lui et j’ai accompagné Beth l’attaché à un arbre à côté des rails de la mort. Son grand père était prisonnier et a travaillé durant 4 longues années sur ces rails, forcé et affamé, dans des conditions extrêmes qu’on aurait du mal a imaginé. Grâce à un garde qui l’a pris sous son aile, il recevait régulièrement un peu de nourriture en cachette. 7 mois après la fin de la guerre, il fut rapatrié à Wales. Il pesait 45 kg. Il s’est rétablit et a rencontré la grand mère de Beth d’où ils ont eu la mère de Beth et ainsi de suite. Il est mort le 23 décembre 1994 suite à une mauvaise santé due aux travaux forcés subits durant son emprisonnement. 20 ans après, jour pour jour, sa petite fille accrochait une lettre en souvenir de lui, sur un arbre le long des fameuses rails de la mort où il a tant souffert. C’était un honneur d’y assister et ça va sans dire que c’était un moment très émotionnel.

P1030843

Entre Mylawmine et Dawei: (voir plan)

Déjà le train est partit à 4h du matin. La gare étant à l’extérieur de la ville, j’ai du prendre une moto taxi à 3h du mat. Dans la gare une 20aine de personnes dormait à même le sol, surtout des femmes et des enfants. Je ne sais pas si ils attendaient le train ou si ils vivent là à l’année longue.

P1030613

Une vieille vient me voir, on se parle en langages des signes puisqu’elle ne parle pas un mot d’anglais. Elle m’offre un long collier en fleurs blanche, et me l’enroule autour de ma couette sur la tête. Trop gentille.
Quand le train est arrivé elle m’a accompagné à mon wagon, les gens sont tellement gentils ici! J’ai pris un billet 2éme classe car je voulais être avec les locaux, et bien je l’ai cherché; le bordel! Les sièges sont des bancs en bois, des gens dorment dans l’allées entre les sacs de riz, les sauterelles et quelques chats. On est serrés et en plus je suis assise à côté d’une grosse qui ne me lâche pas des yeux.

P1030619

On part avec 2 heures de retard, c’est normal ici. On est secoués, tout le temps, on est brassés comme dans une machine à laver. Impossible de dormir. Les fenêtres n’ont pas de vitres, le vent froid s’engouffre dans le wagon, je me couvre comme je peux. Des fois des branches viennent me fouetter le visage. 14 heures de train, c’est long, et le pire est à venir.
Ma grosse voisine m’offre un fruit, je ne sais toujours pas quel fruit c’était mais je le mange par politesse, c’est pas très bon. Ensuite elle s’est curée l’oreille avec un billet de banque enroulé et c’est à ce moment là que je me suis jurée que la prochaine fois, je prendrai une place en 1ére classe.

Je change de train à mi chemin, merci à ma grosse qui me l’a fait comprendre sans quoi j’aurai atterrie je ne sais où. Ce nouveau train a des banquettes ce qui est un plaisir pour mes fesses. Je remarque tout de suite qu’il y a des gardes de l’armée qui me suivent dans le wagon. Je commence à flipper, surtout que tout le monde sait qu’ils sont corrompus jusqu’aux dents et qu’ils font la loi à leur sauce.

Il y a un garde assis devant moi, un sur la banquette voisine et deux debout derrière moi. Celui en face me pose plein de questions, genre d’où je viens, pourquoi je suis là, où je vais, pourquoi je voyage toute seule etc… Il me dit que c’est dangereux et qu’il est là pour m’accompagner et me protéger jusqu’à destination. J’avais envie de lui répondre que je ne me sentais pas à l’aise avec tout ces gardes et que j’ai jamais eu peur dans ce pays jusqu’à présent. Mais j’ai fermée ma bouche. Plus que 8 heures..

Le policier

Le gars de l’armée sur mon téléphone / the army guy on my phone

Apres quelques heures, j’étais un peu plus calme. Un moment donné il m’a fait écouté sa musique birman, j’ai voulu montrer de la bonne volonté donc je lui ait proposé d’écouter un peu de ma musique. Il prends mon téléphone avec la chanson qui joue. Apres 2 min, la chanson est finie, mais il garde toujours mon téléphone. Je me dis qu’il en cherche d’autres à écouter, donc j’attends. Après quelque minutes, je me penche pour voir ce qu’il fait, il est dans mes photos! Mon cerveau marche à mile à l’heure. Si je lui prend des mains il va trouvé ça louche et me demander ce que je cache. Stressée comme tout je prend mon mal en patience. Encore quelque minutes.. Je regarde de nouveau, il est dans mon Facebook, INTRUSION! Je n’ai pas internet mais la page a du rester ouverte depuis la dernière fois. Trop c’est trop, je lui demande de me rendre mon téléphone et le fourre dans mon sac. Il voulait que je me sente en sécurité et bien c’est raté.

Dans des moments comme ça je me met à paranoïer énormément. Je pensais qu’il allait envoyer mon nom au FBI Birman, faire des recherches sur moi, voir mon historique, trouver mon blog, pas aimer le fait que j’écrive des histoires sur les pays et donner l’ordre de me faire disparaitre. Ça arrive, des touristes disparaissent chaque année. Bon, c’est la paranoïa qui parle mais ça n’a pas aidé quand j’ai regardé par la fenêtre et vue des hommes normaux, sans uniformes, marcher dans la forêt avec des gros fusils Kalashnikov sur l’épaule. J’ai prétendu rien voir, je ne veux pas mourir.

Plus que 6 heures.

Je vais au toilettes, un garde me suit et m’attend devant la porte. La toilette est un trou qui donne directement sur les rails. Si besoin, je ferai un plus gros trou avec mon couteau suisse et donc m’échapper par là quand le train s’arrêtera dans le prochain village, ça marche bien dans les films!

Au lieu de m’échapper par le trou des chiottes, j’achète à manger par la fenêtre du train quand on s’arrête. Le stresse ça creuse. Les bonne femmes portent la bouffe dans un plateau sur leur tête. Tout le monde jette la poubelle par la fenêtre, c’est dégueulasse. Je fini par m’endormir quelque heures, je veux juste que le temps passe vite et qu’advienne ce qu’il devra arriver.

P1030063

On arrive enfin à Dawei. Je saute du train, prend le premier taxi que je vois et lui ordonne de m’emmener à l’hôtel le plus éloigné de la gare. Après avoir récupéré la clef à la réception, je m’enferme dans la chambre, m’effondre sur le lit, pleure un bon coup et remercie le ciel d’être en vie. Je m’en rappellerai de celle la.

P1030631

Attend j’ai trop chaud, je vais me baigner.

P1040372

Bon ça va mieux.

Dawei (voir plan)

Le lendemain je me réveille avec l’arrière de la cuisse remplie de piqures et ça gratte ! Des puces de lits. Quelle horreur, et surprenant car c’est un hôtel chic, du coup je suis allée leur montrer mes piqures, ils étaient choqués que je leur montre ma jambette car ici, personne ne montre sa peau. Tout le monde est habillé jusqu’aux chevilles. Short en dessous des genoux et tee-shirtà manches oblige si tu veux pas que les gens te bloquent dans la rue. Bref ils en avait rien à foutre des punaises et j’ai pas eu de rabais sur le prix de la chambre. Je bouge de là.

Direction la plage, à 1/2h de Dawei. En 3 mois de voyage en Asie du sud Est, c’est la première fois que je vois l’océan. Plutôt la mer, de Andaman, proche de la Baie de Bengal. Quel bonheur! Je nage et joue avec des enfants qui traînaient par là. Ils m’ont redonnée le sourire et la force de continuer ce périple dans ce pays hors du commun.

P1030648

L’auberge de jeunesse où je reste (Coconut Guesthouse) est tenue par un couple très gentil franco-birman. C’est ici que je fais la rencontre de Beth et Marc de Wales. Ça m’a fait énormément de bien d’avoir des nouveaux copains car 2 semaines sans amis c’est très long. On a loué des motos et sommes partis visiter le coin. Apres 1 heure de chemins de terre, roches et trous, on arrive au bout de la route, le bout du monde avec une plage de sable blanc qui continue à l’infinie et pas un chat au alentours. On a l’impression d’être les premiers a découvrir cette plage tellement il n’y a rien, pas de resto, pas de bungalow, pas de gens, complètement déserte. Le top.

P1030676 P1030659 P1030606

Après deux autres superbes escapades en moto, j’ai laissé mes copains pour partir pour Myeik. On va se rejoindre pour Noël, dans quelque jours.

P1030702

Les birmans adorent les batailles de coqs / Burmese love their rooster fights

P1030679 P1030856 P1030860

Myeik (voir plan)

10 heures de bus. 10 heures de bus pourri avec les fenêtres ouvertes tout le long pour bien faire passer la poussière. En arrivant j’étais couverte d’une épaisse couche brunâtre. Trop la classe.
P1030872P1030875

Myeik est une ville sale mais pleine de charme. Je me sens comme une star dans la rue, tout les gens m’observent et me saluent. Les enfants accourent pour dire ”Hello!”, seul mot d’anglais qu’ils connaissent.
P1030920

Le second jour je rencontre Yee Oo, une birmane qui tient un stand d’essence. Elle parle très bien l’anglais donc je m’assoie avec elle et on discute toute l’après-midi. C’est le début d’une belle amitié.
P1040014

Le lendemain, je retourne la voir, elle n’est pas à son stand mais son employé de 13 ans, oui. Je parle à Yee Oo au téléphone et elle m’invite a venir manger chez elle pour le repas du midi. Son oncle, qui a le magasin d’á côté, m’emmène en scooter jusqu’a sa maison.

Je suis accueillie par mon amie, sa belle soeur, sa demi-soeur, ses 4 neveux et 3 gamins de voisins. C’est la première fois qu’ils invitent une touriste dans leur maison. La maison est faite en bois, il y a un grand salon, une grande cuisine et une chambre. Ils sont 10 à habiter là.
P1030958 P1040003

Ils me regarde avec curiosité tel une bête au zoo, les voisins accourent un par un pour voir le phénomène Je fais des grimaces, ils rigolent, je les amuse.

On mange parterre autour d’une table basse. Un repas digne d’une reine. La belle sœur a cuisiner toute la matinée. Elle ne mange pas à table avec les enfants mais mangera quand tout le monde aura fini, elle mangera les restes.

Un bébé de 5 mois dort à côté de nous dans un hamac a ressort, très ingénieux.P1030939

J’en revenais pas de leur immense générosité, ils n’ont pratiquement rien et pourtant je n’ai jamais été reçue avec autant d’humilité et de gentillesse. Les voisins m’observent par la fenêtre, l’extra-terrestre se sent bien.

Le soir même je fus invitée à assister au cours d’anglais de Mr. John. Un prof birman de 86 ans qui parle très bien l’anglais, donne 2 heures de cours par jour et joue au tennis le matin avec ses copains. J’ai jamais vu un vieux aussi en forme. La classe se passe dans son garage, entre 8 et 15 élèves viennent tout les soirs. Ce sont des jeunes entre 18 et 30 ans qui travaillent dans le tourisme.
P1030929

Ils étaient tous content d’avoir une touriste ce soir la. A tour de rôle, ils m’ont posés exactement les même questions: Comment je m’appelle / de quel pays je viens / si je suis heureuse / combien de membres dans ma famille / mes passes temps / mon travail / de quelle religion je suis / etc..

Ils ne comprenaient pas les réponses mais étaient juste trop content d’avoir pu poser leurs questions en anglais.
Ils ont chanté des chansons d’amour américaines aussi fort que possible.
P1030966

Ensuite ils m’ont dit que j’étais libre d’esprit car je n’ai pas de père ou de grand frère qui me dise quoi faire..
Dans ce pays les femmes ne vont même pas au marché toute seule, elles doivent toujours être accompagne par un membre de leur famille ou une amie. Du coup ils trouvent ça très bizarre que je n’habite pas avec ma famille alors que je ne suis pas mariée, qu’en plus je voyage ET toute seule! Ça te donne une idée de l’énorme différence de culture.
P1030969

Mes amis sont enfin arrivés le jour de Noël. On est allés au seul resto chic de la ville pour célébrer mais surtout pour oublier le fait qu’on n’était pas avec notre famille et qu’on se sentait seuls dans ce pays très différent qui ne fête pas Noël.

Le resto était dans un hôtel 4 étoiles, sur le toit avec vue sur la ville. On s’est goinfrés comme il se doit et la facture est montée à la modique somme de 20$, pour 3 personnes et généreusement offert par mon amie Beth.

Apres 1 semaine incroyable à Myeik, avec tant de moments magique en compagnie de mes amis Birmans et Anglais, il est temps pour moi de retourner à un semblant de civilisation.

Là où l’on m’apporte ce que j’ai commandé, là où les regards ne sont pas braqués sur moi dés que je met un pied dans la rue, là où je vais me détendre et faire la fête, là où il y a des gens comme moi, des touristes, car on a beau s’en plaindre et les fuir mais au bout du compte, on ne peut voyager trop longtemps dans des pays comme ça sans d’autres touristes.

Donc direction le sud de la Thaïlande, plus particulièrement l’île de Koh Phayam.

P1040261

C’est pas fini les amis ! Allez donc voir la rubrique Pa-Auk: Centre de Méditation !

———  ENGLISH VERSION ———

Myanmar

Hello = Ming-guh-la-ba (pronounced Mingalaba)
Thank you = Jay-zu-ding-ba-de (pronounced Yesudimbale)
Population = 53,260,000
Currency = Kyat (1 $ = 1025 K)
Religion = mostly Buddhists but also Muslims, Hindus and some Christians
Average life expiry = 64 years old
Average income = 3$ per day

Weird things in Myanmar:

– All men wear skirts (Longyi, Burmese traditional skirt)
Burmese_SPDC_members_greet_Abhisit_Vejjajiva

– Everyone takes off their shoes before entering a clothing shop, even in a shoe shop..

– Women, children and sometimes men wear a yellowish cream on their face (called Thanaka), that was to protect from the sun, but it’s become a fashion
P1030050

– To get the attention of a server you do kissing noises with your mouth

– Men and women with red teeth: they chew betel tree resin, they spit red on the ground and it looks like blood, it’s really disgusting, especially that with time, their teeth get all rotten.
Betel

Before arriving in Myanmar, I had in mind to find a relaxing, peaceful place, with not too many tourists. I wanted to find a village and stay a week or two to see the Burmese culture, play with the kids, see how they live etc..

Very quickly I realized that it was impossible. First because it’s against the law and second because if I do venture into a village and I manage to spend the night, the villagers could get in big big trouble. So ya, apperently it’s downright illegal for a Burmese to invite a tourist in his home.. It gives you an idea of the country. The level of control is scary, every bus, every hotel asks for your passport, how long your staying and where you’re going afterwards. They fill out a very detailed form which is then sent to their government.

They want to know where you are at every moment. It’s very creepy. Corruption is also huge as the government takes 10 to 20% of monthly income of the hotels and guesthouses that take in tourists. That’s why the price of a room is exorbitant compared to other countries in Asia: 15 to 40$ / night. When you pay $1 a meal in the restaurant, it makes no sense that the rooms are that expensive. Myanmar it’s not like I imagined.

Hpa-Han (see map)

La route dangereuse / Dangerous road

Dangerous road between Mae Sot and Hpa-Han

At the border I met two Americans who were going in the same direction as me. Initially I planed to go to Bago but I decide to hop off in Hpa-Han at the last minute because the amerigos seamed nice, and after all the plan is no plan right! Except that the bus forgot to drop us. We realized 30km after the city. The driver stuck his head out the window and yeld a tuctuc happening to arrive in the opposite direction. We got in and I was glad not to be alone in this tuctuc full of men with red teeth and mountains of bags of rice.
P1030004

30 minutes later we arrived in Pha-Han, nice little town swarm with street vendors and markets. The only hostel in the city had no rooms available so they put us on the roof, with camping mattress and without mosquito nets. The owner said that there were none but when I wake up in the middle of the night, scratching, I want to seriously kill him.
P1030040

We went to eat in a typical Birmese restaurant with 5 waitresses always ready. Full of condiments were set on the table and then you order your dish. Mango chutney, fried spinach, raisins and garlic, potatoes and vegetables with beautiful Burmese sauce etc .. Really good and for $2 you can’t do better.
P1030010

Mylawmine, the unpronounceable city (see map)

City on a river, beautiful temple (pagoda) on the hill, I saw a run over puppy with his guts sticking out.

P1030271

There was a street celebration for the full moon. People were gambling on the ground with cards, children had also their gambling games. In the kids shooting range, the 1st prize was a plastic Kalashnikov. Fun!.. They played American pop music, with really bad and obscene words, but that’s OK since nobody understands English.
P1030268

I meet a crazy German backpacker who told me about his life, his trip to Saudi Arabia, that he did alone, by foot, for 2 years. He told me about this meditation center where he stayed one week, the Pa-Auk center near the town where we were. He told me such great things about it, that I became none for a week. I’ve been thinking about doing something like that for a while, so why not! (see Pa-Auk section).

Outside the hotel that night, I got a massage by a guy who was hanging there. I sat on a chair and he massaged my back, arms and legs for 30 minutes. I don’t know if he was a real masseuse because he seemed to enjoy it more than I did.. But for only $1 the massage, it was still worth it.

After my week of withdrawal from the world (being a nun, see Pa-Auk section), I needed a little luxury so I found a classy restaurant with 8 servers, 5 bartenders and 10 cooks. There was only 15 tables so really good service. Except that they didn’t really speak English so there were some issues while ordering. Burma demands to have a lot of patience. You rarely get what you order and they don’t like it when you return a plate. You can never raised your voice because they hate it and close completely. So I smile and go with it. Even in hotels, the staff are struggling big time. You can only rely on yourself for directions, finding what to do, what to see, get organized for buses and trains etc .. Even the internet is useless (yes! It’s true!) as southern Myanmar opened up to tourists only 1 year ago. So there is very little information on the web and even in the Lonely Planet (which is the backpackers Bible). Anyway I don’t like these guide books, I prefer word of mouth, it’s way better and makes the adventure way more interesting.

Pics from around the area:
P1030102 P1030110 P1030133 P1030164 P1030184 P1030242

The death railway

I took the death railway train. The name comes from World War II, when they were built. The Japanese built it to bring their armies and weapons across South East Asia. They used prisoners and slaves to build the rails in terrible, rough conditions.
90 000 prisoners and slaves died building the rails. Some European prisoners were among them. I had the chance to meet a girl from Wales whose grandfather was one of those prisoners. She came to Myanmar in honer of her grandfather. Her mother gave her a really nice letter she wrote in memory of him and I had the chance to go with my friend to attach this letter to a beautiful tree, next to the death rails. Her grand father was forced to work on those rails for 4 years, in horrific conditions and barely no food.
One guard who liked her grandpa, sneaked some food to give him once in a while, which probably saved him from starvation. 7 months after the end of the war, he returned to Wales. He weighed 45 kg. He got back on his feet and met Beth’s grandmother where they had her mother and so on. He died on December 23rd, 1994 due to poor health from the forced labor during his prison years. 20 years later, day to day, her granddaughter was attaching a letter in memory of him, on a tree along the sadly famous track of the death railways where he suffered so. It was an honor to be there and it goes without saying that it was a very emotional moment.
P1030843

Between Mylawmine and Dawei, on the train (see map)

The train was leaving at 4 am. The train station was outside the city, so I had to take a motorcycle taxi at 3 am. Inside, 20 people were sleeping on the floor, especially women and children. I don’t know if they were waiting for the train or if they lived there year-round.

P1030613

An old woman staring at me starts to talk, we speak in sign languages since the she doesn’t speak a word of English and me Burmese. She offers me a long necklace made of real white flowers, and wraps it around my hair. Too nice.

When the train arrived she walked me to my wagon, people are so nice here! I took a 2nd class ticket because I wanted to be with the locals, well I was; what a mess! The seats are all wooden benches, people sleeping in the aisles between the rice bags, grasshoppers, chickens and some cats. We are really tight and of course I’m sitting next to a big fat woman that just stares at me.
P1030619

We leave 2 hours late, normal. We are shaken in every way possible, this feels like being in a washing machine. Can’t sleep. The windows have no glass, the cold wind blows in the wagon, I cover myself as I can. Sometimes branches come smashing in my face. 14 hour train ride is very long, and the worst has yet to come.

My big fat neighbor offers me a fruit, I still do not know what fruit it was but I ate it out of politeness, it’s not very good. Then she started picking her ear wax with a rolled up money bill and at that moment I promised myself that next time, I will buy a 1st class ticket.

Half way I switch trains, thank you to my big fat neighbor who told me or else I would’f arrived in the wrong place. This new train has softer benches which is a pleasure for my bum. As soon as I got in the wagon, I noticed right away that there were army guards who were following me. I started to freak out, especially since everyone knows they are so corrupted and make the law as they wish.

Le policier

Guard with my phone

There’s a guard sitting in front of me, one on the nearby bench and two standing behind me. The one in front is asking many questions, like: where I come from, why I am here, where I’m going, why I travel alone etc … He told me that it’s dangerous to be in this train and that they are here to accompany and protect me until my destination. I wanted to tell him that I did not feel comfortable with all these guards around and that I’ve never been afraid in this country, until now. But I shut my mouth. Eight hours to go..

After a couple hours, I was feeling a bit less stressed. The guard made me listen to his Burmese music, I wanted to be nice so I offered that he listen to some of my music. He took my phone with the song that was playing. After 2 minutes, the song is over, but he was still on my phone. I thought he might be looking for other songs to listen to, so I waited. More minutes pass, I look over to see what he’s doing, HE IS LOOKING at my PHOTOS! My brain works a thousand mile an hour. If I take the phone from him, he will find it suspicious and ask me what I’m hiding, I don’t want to get in trouble. Over stressed, I still manage to wait patiently. A few more minutes.. I look again, he’s in my Facebook, INTRUSION! I do not have internet but the page must of stayed open from last time. Enough is enough, I ask him to give back my phone and I toss it in my bag pack. He wanted me to feel safe, well that’s not happening.

In times like this I become really paranoid. I thought he was going to send my name to the Burmese FBI, do some research on me, see my history, find my blog, not like the fact that I write stories about countries and give the order to make me disappear. It happens, tourists disappear every year. It’s paranoia talking but it didn’t help when I looked out the window and saw normal civilian men, without uniforms, walking in the forest and carrying big Kalashnikov rifles hanging of their shoulders. I pretended not to see, I don’t want to die.

6 hours to go.

I went to the toilet, a guard followed me and is waiting for me outside the door. The toilet is a hole that gives directly onto the rails. If shit goes down, I’ll make a larger hole with my Swiss Army knife and escape from there when the train stops in the next village, it works well in the movies, right?

Instead of escaping through the crapper, I bought food by the train window when we stoped. Stress makes me hungry. The women carry food in a tray on their heads.
P1030063
Everyone throws the trash out the window, it’s gross. I fell asleep a couple hours, I just wanted time to fly and whatever needs to happen will happen, so mine as well sleep.

We finally arrived in Dawei. I jumped off the train, took the first taxi I saw and told him to take me to the farthest hotel, away from the train station. After getting the key at the front desk, I locked myself in the room, collapsed on the bed, cried a good 5 min and thanked God for being alive. I’ll remember that one.
P1030631

Wait, it’s too hot, I gotta swim.
P1040372

Now that’s better.

Dawei (see map)

The next day I woke up with the back of my leg filled with bites and itch! Bed bugs. Horror but surprising since it is a very posh hotel. So I went to show them my bites, they were shocked that I was showing my leg because no one shows skin here. Everyone is dressed to the ankles. Shorts need to be below the knees and sleeve shirts oblige if you do not want people to stare in the streets. To make it short, they didn’t give a shit about the damn bed bugs and I didn’t get a discount on the price of the room. Time to go.

Destination: the beach. Half an hour from Dawei. 3 months traveling in South East Asia, and this is the first time I see the ocean. Well it’s a sea, Andaman Sea, next to the Bay of Bengal. It made me very happy! I swam and played with kids that were hanging out there. They made me smile again and gave me the strength to continue this journey, in this country, so out of the ordinary.
P1030648

Coconut Guesthouse is where I was staying, beautiful place and run by a very nice Franco-Burmese couple. This is where I met Beth and Mark from Wales. It was really good to make new friends. Two weeks without any is way to long. We rented motorbikes and went to visit the area. After an hour of dirt roads, rocks and holes, we arrived at the end of the road, the end of the world with a long white sandy beach and no one around. It looked like we were the first ever to discover this beach. There was nothing: no restaurant, no bungalow, no people, completely deserted. Perfect.
P1030659 P1030676 P1030606

After two more amazing days of motorcycle escapades, I left my friends to go to Myeik. They will meet me there for Christmas, in a few days.

P1030702

Burmese love their rooster fights

P1030856P1030679

P1030860

Myeik (see map)

10 hour bus ride. 10 hours in a rotten bus with the windows open the hole way so the dust can really get in. When we arrived at destination, I was covered with a thick brownish layer. So classy.
P1030872 P1030875

Myeik is a dirty city but full of charm. I feel like a celebrity in the streets, everyone’s watching and staring. The children come running up just to say ‘Hello!”, only word of English they know.
P1030920

On the second day I meet Yee Oo, a Burmese girl who has a petrol stand on a sidewalk. She speaks very good english so I sat with her and talked all afternoon. This was the beginning of a beautiful friendship.
P1040014

The next day I went back to see her, she wasn’t at her stand but her 13 year old employee was. I talked to Yee Oo on the phone and she invited me to come over to her home for lunch. Her uncle, who has the next door shop, gave me a ride up to her house (motorbike ride since the only people with a car here are very wealthy).

I am greeted by my friend, her sister in law, her step-sister, her 4 nephews and 3 neighbor kids. This is the first time they invite a foreign into their home. The house is made of wood, there is a large living room, a large kitchen and one bedroom. 10 people live in here.
P1030958 P1040003

They look at me with curiosity like an animal in a zoo, the neighbors come running one by one to see the phenomenon. I make funny faces, makes them laugh, I amuse them.

We eat on the floor around a lower table. A meal fit for a queen. Her sister in law cooked all morning. She doesn’t eat at the table with the children, but eats when everyone has finished, so the leftovers.

A 5 month old baby is sleeping next to us in a spring hammock, so ingenious.
P1030939

I couldn’t believe their immense generosity, they have not much and yet I have never been received with much humility and kindness. Neighbors are staring through the window, the alien feels good.

The same evening I was invited to attend an English class. Mr. John, an 86 year old Burmese teacher who speaks very good English. Every day he teaches a two hours class and plays tennis every morning. I’ve never seen an old man so fit. The class goes on in his basement, between 8 and 15 students come every night. These are young people between 18 and 30, who work in the tourism industry.
P1030929

They were happy to have a tourist tonight. One after the other they asked me exactly the same questions: What’s my name / what country I’m from / If I’m happy(??) / how many members in my family / my hobbies / my work / what’s my religion / etc ..

They didn’t understand the answers, but were just too happy to have asked their questions in English.
They sang American love songs as loud as possible.
P1030966

Then they told me that I was a free spirit because my father or brothers don’t tell me what to do..
In this country, women do not even go to the market alone, they are always accompanied by a family member or a friend (girl not boy, that would be weird). So they find it very strange that I don’t live with my family since I’m not married, but on top of that I travel AND alone! It gives you an idea of the massive culture differences.
P1030969

My friends finally arrived on Christmas Day. We went to the only upscale restaurant in the city to celebrate but also to try to forget that we were not with our families and were feeling lonely in this very particular country that doesn’t celebrate Christmas.

The restaurant was in a 4-star hotel on the rooftop, overlooking the city. We stuffed ourselves as it should be and the bill came up to $25 for 3 people and generously offered by my friend Beth.

After an amazing week in Myeik, with so many magical moments with my Burmese and English friends, it’s time for me to return to a somewhat of civilization.

Somewhere where they bring me what I ordered, where eyes are not constantly staring at me as soon as I put one foot in the street, where I can relax and party, where there are people like me, tourists, because even if I complain and try to avoid them, ultimately, I can’t travel too long in places without seeing other tourists.

So let’s go to South of Thailand, to the beautiful island of Koh Phayam.

P1040261

It’s not over yet ! Go check out the post about Pa-Auk Meditation Centre!

Advertisements

One comment

  1. Susan Whitr · January 31, 2015

    Wow, fab photos and writing.
    Might be able to sell some of this to travel or Buddhist media!
    In van to Minnespolis airport do can’t write much
    Love u
    Ant Soosan

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s